J13 sur la HRP

Publié le 30 juin 2022 à 20:32

Où suis-je ?

Récit au fil des pas

Mardi 28 juin 2022.

Départ languissant. Le refuge était trop douillet et chaleureux. On a eu un petit déjeuner royal : jus, thé, pain grillé, confiture, pâte a tartiner, tortilla, fromage, banane, yaourt !

On part rebooster au maximum, et Artic aussi qui a eu le droit à des boulettes de viande hier soir. Un peu de piste et de route, sympathiques car peu fréquentée, jusqu’à la station Tristaina aux confins de l’Andorre.

Ça devait faire une journée assez costaud mais c'était sans compter sur la télécabine surprise installée juste sur le chemin.

En 10min nous nous épargnons 1h30 et 500m de montée.

Une fois à mi hauteur dans la station, nous sommes plutôt bien avancés et rien de tel pour mettre d’excellente humeur.

En une heure nous atteignons le col « port de rat » et passons sur le versant français. Une enclave de nature magnifique, préservée entre l’Andorre et l’Espagne, dans le parc naturel des Pyrénées ariégeoises. La roche, affleurante à travers l’herbe spongieuse, suinte d’humidité. L’eau est omniprésente dans cette vallée. On descend et en se retournant, les surfaces rocheuses scintillent et se mélangent aux nuages blanchis par la force du rayonnement solaire.

On grimpe ensuite sur une nouvelle montagne jusqu’à 2300m pour atteindre le point de chute de cette après-midi, le lac de Soucarrane.

Les flancs des reliefs passent de gris métallique à gris-rouge, et après le passage de quelques torrents sauvages, nous arrivons au lac.

Il est bleuté, cristallin, somptueux, posé dans un cirque coloré et très préservé, et dont la surface est seulement perturbée par les sauts des petites truites. Les nuages flottent largement dans le ciel bleu azur, et les vautours fauves planent et les traversent. La vie suit son court immuable. Nous ne sommes que spectateur éphémère de ce spectacle immémorial.

Il y a quelques pêcheurs au loin. Un autre randonneur du pays basque, vient à notre rencontre, et avec Bernard, nous discutons avec lui toute l’après-midi.

Puis vers 18h, vient le temps de mettre la tente.

Je fais un tour dans l’eau fraîche du lac et manque d’y perdre mes tongues dans le sol un peu vaseux.

Nous allons bien dormir dans le calme complet de cette montagne. Cela va être comme ça pour demain aussi !


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.

Créez votre propre site internet avec Webador