J8 sur la HRP, Crêtes

Publié le 23 juin 2022 à 23:02

Où suis-je ?

Récit au fil des pas

Jeudi 23 juin 2022 .

Cette nuit il n'a pas plu de nouveau par contre la température si elle n'avoisinait pas zéro est au moins descendue à 5 degrés. Le réconfort de ce matin, le lever de soleil rendant les nuages magenta.

Encore une grosse étape , 1200m de montée, 1700m de descente et 20 km environ. La journée s'annonce radieuse.

Pendant que je traînais dans mon duvet au réveil, le vent secouait la toile de ma tente faisant se décrocher de minuscules gouttes glacées sur mon visage . Les joies de la condensation en tente simple paroi !

Ce matin avec mon chapeau, mon bonnet en dessous et mon tour de cou jusqu'au jusqu'au nez j'ai l'air d'un bandit. Mais l’air est glacial et brutal. Le coupe vent est parfait dans ces conditions et Artic n’a pas l’air de souffrir du froid non plus avec sa polaire. Même avec les nombreux arrêts photos assez long que je fais. La montagne regorge d’isards partout !

Il me paraît compliqué d’expliquer ma fascination, et, par extension celle des autres randonneurs, pour les crêtes et les vastes étendues montagneuses. Est-ce une histoire de beauté ? De sauvage ? D’espace ? De liberté ? Ou bien est-ce l’expression refoulée de notre nature intrinsèque primitive ? Ou encore l’expression d’un besoin de silence et de simplicité ? Quoiqu’il en soit ces paysages perdus, sommitaux sont époustouflants, ils nourrissent l’esprit de bien être.

Les cols, les pics, les crêtes s’enchaînent. On monte, on admire, on descend, on grimpe, on s’exclame, on descend.

Quelques lacs d’altitude à droite, des vallées profondes à gauche, des flancs de montagne en coupe montrant leurs entrailles tourmentées en face, des ombres de nuages passent gigantesques sur ces paysages. On ne s’ennuie pas, le corps cavale, s’échauffe, se refroidit par les claques glaciales des rafales, l’esprit guette le chemin sur le prochain pic, on flirt avec l’altitude, dansant entre 2600m et 2860m au plus haut.

 Finalement, on atteint l’ultime col. Juste après le pics d’Eina, le col de Nuria. Et là, c’est la dévalade. On se fait tirer par la gravité en bas de la pente . Passée cette partie abrupte le chemin s’insinue dans la vallée de l'Eyne et descend plus doucement. Doucement, un peu interminable. Je me scande « reste dans l'instant présent, profite de cette magnifique vallée fleurie à la rivière cristalline. Fais comme si tu étais venu juste pour ça. Comme tous les autres randonneurs qui se baladent dans cette réserve naturelle !»

Deux de ces randonneurs on vu une marmotte et ces petits de l’autre côté de la rivière. Trop mignon !

La réserve, comme celles d’avant, était sensée être interdite aux chiens cependant j’en ai rencontré trois autres en laisse comme Artic.

 Il est presque 15 heures lorsque je sors de la vallée et que j’atteins le village d’Eyne. Le gîte est complet c’est peut être à cause la fête de la Saint Jean ce soir. Il n’y a pas d’épicerie seulement un tout petit restaurant qui ouvre éventuellement. Je me lave dans le torrent de l’autre côté de la route, en face de la zone de pic-nic/bivouac. C’est gelé et il y a du passage. L’aventure quoi ! L’autre option était les lavabos des toilettes publiques assez propres et avec eau chaude. Mais bon là je pouvais me tremper entièrement.

Demain nos chemins vont se séparer normalement.

Arrive des étapes un peu plus isolées dans la montagne.

 

 

 

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.