Visite des chutes d'Iguaçu

Publié le 31 mars 2022 à 03:56

Mercredi 30 Mars 2022… Pluie !

OÙ SUIS-JE ?

Idem qu’hier, dans un appartement à Foz do Iguaçu au Brésil.

Dépenses Prix
Nourriture 0
Transports 10
Logement 70 reals
Dons 0
Autre (visite des chutes et souvenir) 107+10 reals
TOTAL 187

Les chutes d’Iguazu !

Aujourd’hui, je devais visiter le bosquet aux macaques mais je n’ai pas réussi à me réveiller à temps pour avoir le temps d’y aller avant Iguaçu. De toute façon avec le mauvais temps ce n’était pas le jour idéal. Quoiqu’il en soit, à 8h me voilà partie pour Iguaçu. Le trajet me parut interminable ! D’abord, 15 minutes de marche pour atteindre l’arrêt de bus de la ligne 120 dont le terminus est l’entrée du parc national d’Iguaçu. Le trajet de bus dure près d’une heure dans la circulation dense du matin et le train est rempli de monde. Il y a beaucoup d’employés du parc, et des autres attraction autours et hôtels qui prennent ce bus.

Arrivée là-bas, mon ticket en main, je rentre sans faire la queue et je monte directement dans l’autobus à deux étages qui amène jusqu’au début du sentier ou bien directement aux cascades pour les personnes à mobilité réduite. Pendant le trajet, le vent se met à souffler et le ciel noir devant n’augure rien de bon…

Je descends du bus comme la plupart des gens pour aller voir les chutes depuis le premier point de vue. On les voit de loin mais déjà elles sont stupéfiantes. Elles plongent dans un canyon profond en plusieurs marches d’escalier, qui se succèdent et sont fascinantes d’horizontalité. Le paysage est totalement plat et les chutes forment une véritable brèche dans le le sol, et en contre bas, le lit de la rivière parait de nouveau tout aussi plat. Je me demande ce qui a provoqué la formation de cette cascade, l’hypothèse de l’érosion seule me semble improbable. Peut-être une faille ? Après vérification, c’est en effet une faille et c’est ce qui rend cette cascade si saisissante.

On voit aussi les infrastructures argentines de l’autre côté de la rivière. Avec un grand bâtiment assez moche et des pontons qui se promènent sur la rivière. Je ne sais pas encore si je vais visiter également le côté argentin…

Ensuite, le chemin, bétonné et sécurisé de rambardes, continu sur le flanc de la montagne et se rapproche des chutes. Au fil des points de vue, l’intensité de la brume et du vacarme augmente. La pluie aussi d’ailleurs… Finalement, on arrive au ponton qui s’avance jusqu’au milieu d’une marche de la cascade. Ainsi nous sommes au-dessus de l’eau qui se précipite en contrebas, sautant la dernière marche et venant s’écraser dans le lit de la rivière, et en bas de la marche précédente, qui nous fouette d’eau et de rafales de vent allant du glacé au tiède - la pluie qui tombe toujours, n’aide pas.

Un effet peinture....

Les gens prennent des tas de selfies, je prends des photos également, mais je prends le temps de fermer les yeux et de ressentir les éléments, le froid, la force du vent, le bruit et je suis prise d’euphorie en contemplant l’eau qui se déverse, la brume, les gerbes d’eau, les hirondelles qui virevoltent haut dans le ciel et qui plongent vers leur nid de l’autre côté du rideau d’eau, l’endroit est vraiment grandiose.

À un moment, il est temps de repartir, le chemin ramène tranquillement vers la sortie avec quelques autres points de vues moins significatifs. Je regarde en arrière en me demandant si j’ai suffisamment imprimé le lieu dans mon cerveau.

Je passe par l’inévitable boutique souvenir et m’achète un pin à accrocher à mon sac d’appareil photo. Même ici, il n’y a pas de carte postale. Ce n’est vraiment pas dans la culture d’ici !

Je refais le même trajet au retour, il est midi environ. Comme je suis trempée, j’arrive totalement frigorifiée. Je dois être en légère hypothermie car j’ai les lèvres légèrement bleues et les bouts des doigts insensibles, mais une bonne douche chaude et c’est bon !

Bonus


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.

Créez votre propre site internet avec Webador