Un monde qui ne tourne pas rond

Publié le 25 mai 2022 à 14:48

Exercice d’imagination 1 - Le lundi 23 mai 2022

Ce monde était un monde rempli d’incohérence, tout le monde y allait de bon train pour expliquer les phénomènes qui s’y passaient chaque jour, mais personne ne semblait gagner l’unanimité. Vraiment, personne ne semblait même rassembler ses pairs pour expliquer les pierres tournoyantes et lévitantes, les mini-lunes en suspension par ci par là, les effets de miroirs dans le ciel, ou encore les vagues inversées qui semblent remonter le temps. Vraiment rien dans ce monde ne semblait tourner rond. Y avait-il un créateur de notre monde ? ça restait la seule explication plausible à cette incohérence généralisée. Un ingénieur en monde qui avait décidé de ne suivre aucun code, ou plutôt de les tourner tous en dérision.

Je me faisais toutes ces réflexions en me baladant une de ces rivières flexibles mais solides. Chose étrange avec cette eau, elle devient solide si on marche dessus mais reste fluide lorsque nous avons besoin de la boire ou de l’utiliser. Mais chose pratique aussi, quoi de mieux qu’une petite de ces rivières dans son logement pour se déplacer sans effort. Nous en avons d’ailleurs mis une dans notre maison ronde, qui paradoxalement est une rivière capable de tourner sur elle-même à l’infini. Celui qui nous l’a créé n’est pas capable lui-même d’expliquer le phénomène mais il en est ainsi comme beaucoup de chose de ce monde. Et moi je me balade dans la maison sur notre rivière lorsque j’ai besoin de penser. Tourner en rond pour éviter de tourner en rond dans ma tête. Bizarre …. Mais vrai.

Je dis ce monde car je suis convaincu que des mondes il y en a une multitude, tous différents, tous créer par des personnes différentes, ce qui expliquerait beaucoup de chose croyez-moi !

Quoiqu’il en soit je marchai en tournant ou bien je tournai en marchant, en m’efforçant de penser linéairement. Mais je crois que c’est un peu raté. Je me file une gifle et je regarde autour. Ouf personne ! personne pour me voir. Encore une fois je me dis que je suis bien fou, au moins autant que ce foutu créateur ! Mince, on aurait dit qu’il avait fabriqué notre monde juste pour rendre folles ses propres créatures et explorer le phénomène. Je fulminai à cette pensée. Je regardai en l’air sans doute dans l’idée que mon plafond me réconforterait.

« ah ! » m’écriai-je en manquant de m’étouffer dans ma propre fourrure.

Alors que j’étais emporté par la rivière qui continuait l’air de rien, un monstre était collé à mon plafond.

« Ah ! » m’écriai-je de nouveau en pointant du doigt la créature.

Mon regard scotché en l’air à la chose énorme et velue qui s’éloignait dans mon dos tout em restant immobile, je commençais à partir en arrière. Arc bouté la tete en arrière et à l’envers je poussai un hurlement étouffé tandis que je me détachais de cette vue et me remettais droit, toujours emporté par cette foutue rivière flexible. Je me retournais enfin et, alors que mon esprit totalement brumeux et plus du tout linéaire tournait en boucle sur la vision - qui n’avait toujours pas bougé sois dit en passant - mon esprit voulu ordonner à mon corps de quitter ma rivière tournante avant que je ne revienne juste sous la créature...

Je m’affalai de tout mon long, en me prenant les pieds dans une table en sortant du lit de la rivière. La table était de 2 cm d’épaisseur à même le sol et je l’oubliais souvent. Etalé là sur cette table, des objets me rentrant dans le flanc, je grognai mon mécontentement.

Mais qui, dans cette maison, avait encore laissé des choses trainer sur la table !

« Mais c’est toi gros beta de singe-homme, il n’y a que toi dans cette pauvre masure ! »

Je me relevais bien vite, me rappelant de la créature à quatre pattes velue et possédant une tête tout autant nue et hideuse.

Mais depuis quand était-elle là ?

La question est, depuis quand n’ai-je pas levé les yeux sur mon plafond, mince alors, ce n’est pas une chose que l’on fait souvent ça ! Il y a déjà assez de choses venant du ciel dehors dont il faut se méfier pour devoir regarder en l’air aussi dans sa propre maison !

La chose mi velue mi chauve, avec une queue minuscule en tirebouchon dégoutant n’avait toujours pas bougé.

Etait-elle collée au plafond ? Mais non voyons, sa tête obèse ne se tiendrait pas comme ceci, droite elle tomberait vers le bas. Quoi que dans ce monde si bizarre rien n’est moins sûr ! Non mais elle tomberait au moins vers le haut alors. Enfin, elle tomberait quelque part si la chose était inanimée !

« Hé ! Hé vous là ! qu’est-ce que vous faite là collé à mon plafond ? et depuis quand êtes-vous là ? »

Pas réponse ni même de réaction.

« He… »

Et la chose se décolla. D’un seul coup sans prévenir.

PataGLIIIING ! la chose hideuse explosa en mille bouts en percutant la cloche accrochée au sol et qui pendait vers le haut. Comme toutes les cloches ici.

Je poussai un grand soupir, il a des bouts éparpillés partout dans la salle, ce monde incompréhensible était vraiment fatigant!

Évaluation: 0 étoile
0 vote

« 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.